Err

Votre panier : 0,00 EUR
EDITIONS SAULTERRE

MYTHES ET LEGENDES (Voir les oeuvres)

Crocodile
290,00 EUR
Dans les villages de Sabou et de Bazoulé au Burkina Faso, le crocodile est l'animal totémique des habitants, donc sacré. Il est associé aux mythes fondateurs des villages et à la cosmogonie locale. C'est l'un des seuls endroits au monde où l'homme à la possibilité de chevaucher ces sauriens sans se soucier.
La sphinx N°1346
290,00 EUR
Quel être, pourvu d’une seule voix, a d’abord quatre jambes le matin, puis deux jambes le midi, et trois jambes le soir? lui demanda la sphinx.

Œdipe trouva la solution : il s’agissait de l’homme.
De fait, lorsqu’il est enfant, il a quatre jambes, car il se déplace à quatre pattes ;
adulte, il marche sur deux jambes ;
quand il est vieux, il a trois jambes, lorsqu’il s’appuie sur son bâton.

Ce dessin existe également sur papier photo format 40x50cm sur cette même page Les Mythologies.
la vache fleurie
290,00 EUR
En Inde, une grande partie de la population considère traditionnellement les vaches comme des animaux sacrés. Elles sont libres de se promener dans les rues et jusque sur les autoroutes. Elles ne sont pas destinées à être mangées mais fournissent le lait nécessaire aux rituels religieux. Le barattage de la mer de lait est un des mythes de la cosmogonie indienne.
Wikipedia
L'araignée
290,00 EUR
Depuis au moins quatre mille ans, l'araignée est utilisée comme symbole dans de nombreuses civilisations, soit comme prédatrice (on la retrouve dans de nombreux films d'épouvante), soit en raison de sa toile étonnamment régulière, fragile et évoquant la fragilité de nos certitudes et des apparences trompeuses, régulièrement reconstruite (1 à 2 fois par jour pour certaines espèces), mais si bien adaptée au piégeage des insectes, soit en raison du fil qu'elle tisse, qui évoque celui des Parques. L'araignée (ou sa toile) est présente dans certains décors, et dans divers mythes fondateurs en tant que démiurge, créatrice cosmique.
Léda et le cygne
290,00 EUR

Debout, Léda née de la Terre, Debout Léda née de la faim

Les magiciens
290,00 EUR
Les Magiciens.
Hommes aux mille mains, je forme des vœux pour que votre art se lègue parce qu’il s’adresse à ce que le monde conserve en lui de meilleur : l’enfance. » 

Jean Cocteau
Mary of Magdalena
100,00 EUR

Qui est donc Marie-Madeleine, si proche de Jésus et en même temps si mystérieuse ? Est-elle la pécheresse, prostituée, qui a traversé l'histoire, ou la mystique exemplaire dont se sont emparées poètes et peintres avec une fascination étonnante. Originaire du village de Magdala, au bord du lac de Tibériade, comme son nom l'indique, elle a fait dans les évangiles puis les imaginations, un parcours étonnant. La légende la fait aller jusqu'à la Sainte Beaume en Provence, qui garde avec une sainte vénération son souvenir, sans percer entièrement son mystère, comme l'écrivit ce poète. Les témoignages des évangiles, en tout cas, sont beaucoup trop insistants pour que l'on dise qu'elle n'a jamais existé. Et le réel résistera toujours un peu au rêve.

P. Jacques Nieuviarts,

Dessin sur papier photo HD encadré sous verre avec baguette argent poli format 40x50cm. Disponible également en original ou sur papier japonais et alu format 56x76cm sur demande

MINOS
260,00 EUR

El toréador vient d’entendre El toro lui parler.
« Dis-moi, quand tu me donneras l’estocade… je voudrais repenser aux êtres que j’ai aimés… c’est ma seule raison de pleurer : la pensée de les abandonner. »

Cela ne lui était jamais arrivé.. un taureau qui parle , et qui peut souffrir et aimer !!

« Bravo Toro, tu viens de me donner le coup de grâce, je meurs de ta parole soudaine ! Tu es le plus fort, tu ne mourras pas de mon estoque comme tes frères et tes aïeux. »

Me engañaron…todos..le taureau a une âme. .el toro tiene una alma !

Son cri claque sur les gradins, le public l’entend .
El matador sous les gradins dort… en los burladeros. Sa cape rouge sang sur le dos, il a froid.. il repense aux taureaux qu’il a tués, c’est sa seule raison de pleurer.
Dans l’arène, le taureau fait le beau, les aficionados l’acclament.

« Bravo Toro todavia viva, Viva el toro ! »

Dans l’arène, une fille descend, nus pieds, magnifique, blonde comme le soleil ; elle tient un fil, une bobine qu’elle dénoue lentement. Arrivée près de la bête à qui le ciel vient de prêter son habit d’azur, elle s’accroche à son poitrail trempé de sueur et monte sur son encolure.

« Bravo Toro ! C’est toi que je préfère. Comment t’appelles-tu ? »

« Me llamo Minos el Toro ; lâche ce fil Ariane, je connais mon chemin, et je t’emporterai si tu le veux bien ! »





Sphinx
100,00 EUR
Dessin sur papier photo encadré baguette argent poli format 40x50cm

Ce dessin existe également sur papier japonais au format original sur cette même page Les Mythologies.